Les parasites externes

Puces

Petit insecte de couleur brune dépourvu d’ailes qui se nomme  « Ctenocephalides felis ».  Elle possède 6 pattes adaptées pour le saut et est visible à l’oeil nu. L’infestation peut se produire chez plus de cinquante espèces animales. Elle est responsable de la transmission de certaines infections (leucémie féline, bactérie causant la maladie des griffures de chat, parasites (ver plat)). Lors de conditions idéales (humidité entre 75-90% et température entre 27-32°C), le cycle de développement de la puce est d’environ 2 semaines. Toutefois, comme celles-ci ne sont pas toujours présentes, la puce peut prendre jusqu’à 50 semaines pour se développer et obtenir une génération complète (oeuf, larve, pupe, puce).

Les signes cliniques d’une infestation par les puces varient d’une simple démangeaison à une réaction allergique. L’usage d’un peigne fin permet de visualiser les excréments de puces qui sont en forme de virgule et bruns foncés. Il s’agit de sang séché puisque la puce se nourrit en piquant l’animal. La puce se reproduit et survie mieux sur un animal à fourrure. Par contre, il n’est pas impossible qu’un humain en soit affecté, mais l’infestation est généralement transitoire et passagère.

Le traitement est aujourd’hui beaucoup moins laborieux qu’autrefois. En effet, anciennement, des produits très forts et dangereux étaient utilisés pour nettoyer la maison de fond en comble et des shampooings souvent non efficaces et répétitifs étaient appliqués sur l’animal incriminé. Dorénavant, un traitement adulticide sur tous les animaux de la maison ainsi qu’un nettoyage standard de l’environnement suffit (aspirateur, lavage de la literie). Plusieurs choix s’offrent à vous pour le traitement, mais aussi pour la prévention de votre animal durant les mois à risque (mai à octobre).

Poux

Beaucoup plus rare qu’une infestation de puces, ce parasite sans ailes, aplati et grisâtre est aussi très spécifique. Cela veut dire en fait que chaque espèce possède ses types de poux particuliers. La transmission à l’humain est pratiquement impossible.

Les signes cliniques peuvent être absents ou, lorsqu’il y en a, se présenter sous la forme de démangeaisons ou de mauvaise qualité du pelage. Le diagnostic se pose par l’observation microscopique des lentes collées sur le poil ou des poux attrapés avec un ruban gommé.

Le traitement est encore une fois facile à appliquer et efficace. Les animaux sous traitement préventif pour les puces sont en général exempts de poux.

Tiques

Acarien qui possède 4 pattes au stade adulte. La tique se nourrit de sang et peut atteindre 6 mm lorsqu’elle est gorgée. Elle possède des pièces buccales qui lui permettent de s’ancrer solidement dans la peau. Plusieurs espèces de tiques existent selon la région géographique. La tique prend entre 3 et 14 jours pour se nourrir et ne se détache qu’à la fin de son repas. Afin de faciliter l’infestation, elles se cachent dans la végétation et les endroits humides et peuvent attendre des mois le passage d’un hôte potentiel.

Ce parasite est responsable de la transmission de la bactérie Borrelia burfdorferi gent de la maladie de Lyme. Plusieurs traitements existent sur le marché pour réduire le risque de morsure par les tiques, mais aucun n’est répulsif à 100%, ce qui veut dire que ces dernières peuvent être retrouvées sur votre animal, mais qu’elles mourront avant d’avoir terminé leur repas. Ces traitements n’empêchent toutefois pas la transmission de la maladie de Lyme.

Mites de fourrure

Aussi appelé  « mites de peau » ou  « Cheyletiellose », ce parasite vit en surface de la peau, dans les débris. Encore une fois, de nombreuses espèces animales peuvent être affectées (chat, chien, lapin…) par cette mite. Les animaux démontrent généralement de grosses pellicules ressemblant à de la farine de blé dans le fond du poil, sur le dos (séborrhée sèche). Par contre, certains animaux sont des porteurs asymptomatiques, c’est-à-dire qu’ils ne démontrent aucun signe clinique, mais ils peuvent tout de même transmettre le parasite.

Des traitements existent et tous les animaux en contact doivent être traités puisque la contagion est possible.

Gale sarcoptique

Mite de peau nommée  »Sarcoptes scabei », qui creuse un tunnel dans la peau afin d’y pondre ses oeufs. Elle cause donc de fortes démangeaisons. Les animaux atteints peuvent aussi présenter une perte de poil surtout au niveau du ventre, à l’intérieur des cuisses et des aisselles ainsi que sur les pattes. Plusieurs espèces animales peuvent en être affectées.

Il est possible de traiter ce parasite, mais tous les animaux qui sont en contact avec l’animal affecté doivent être traités puisque ce parasite est contagieux.

Démodécie

Ce petit parasite invisible à l’oeil nu est un habitant normal de la peau, mais il peut parfois causer des problèmes cutanés. Il vit au niveau des follicules pileux. Il cause souvent une simple perte de poil localisée à un seul ou quelques endroits (forme localisée). Par contre, il peut également se généraliser (forme généralisée) et amener des démangeaisons en se compliquant d’une infection bactérienne de la peau affectée.

Des traitements sont disponibles pour la forme généralisée. N’étant pas contagieux, les autres animaux en contact n’ont donc pas besoin d’être traités. Aucun traitement n’est nécessaire également pour la forme localisée.

Mites d’oreilles

Ce parasite porte aussi le nom  « Otodectes cynotis ». On le retrouve plus fréquemment chez le chat, mais également chez diverses espèces telles que le chien. Les petites mites se retrouvent et infectent seulement le canal externe de l’oreille et causent ainsi une otite externe secondaire. Les signes cliniques remarqués sont alors de la démangeaison modérée à importante et des sécrétions noires habituellement très abondantes. Le diagnostic se fait très facilement par la visualisation de petits points transparents à blanc sur les sécrétions noires, et ce, à l’aide d’un examen otoscopique direct.

Le traitement de cette affection est très facile et rapide. Toutefois, il est encore important de traiter tous les animaux en contact.

Enfin, il est important de savoir que tous ces parasites sont susceptibles de causer des démangeaisons chez certaines personnes également, car certains humains sont plus sensibles que d’autres. Toutefois, ces parasites ne vivent généralement pas sur l’homme et ne sont qu’une impasse parasitaire.

NOUVELLES